D'El Calafate à Puerto Natales : entre Pampa d'Argentine et Parc Torres del paine...

Publié le par Les Vél' Andeuses

Vendredi 2 janvier, nous quittons El Calafate sous un beau soleil d'été, mais le vent est déjà bien présent.
 Par chance, notre 1ère journée s'avère en partie orientée vent de dos, alors ca ne nous inquiète guère ! 
Nous longeons un bon moment le lago Argentino, puis il s'efface petit à petit pour laisser place à un paysage de pampa grillée, où rien ne pousse, mis à part quelques touffes d'herbes jaunies. 


Nous rejoignons la ruta 40, cette très longue nationale qui traverse totalement l'Argentine du Nord au Sud, entre portions d'asphalte et pistes calamineuses (souvenez-vous...la calamina de Bolivie, cette piste de terre un peu caillouteuse, qui dessine de grosses vaguelettes sur le sol, et vous donne la sensation d'un vibromasseur, à son passage !!).


 La ruta 40 dessert de nombreuses régions isolées et ce sont parfois des centaines de kms traversés sans aucune vie à l'horizon...quelques estancias (ranchs ou fermes de plusieurs hectares) à 10 kms de la route.
Nous voilà donc sur cette Ruta 40, 3 jours durant, avant de rejoindre le Chili et de parcourir le Parc Torres del Paine, pendant 3 jours également.

La pampa de la Ruta 40 

Après 50 kms, les doigts dans le nez (enfin presque...faut quand même tenir le guidon !!

mais vitesse moyenne de 30 kms/h sans trop rien faire quoiiiii), nous amorçons une grande montée, où 2 cyclos suisses nous rejoignent : Pascale et Oliver, jeune couple de cyclovoyageurs fort sympathiques. 
Ils partent devant nous, après un long moment à discuter ; nous nous retrouvons en fin de journée au bivouac, 100kms plus loin, bien fatiguées par les derniers kms ultraventés, le vent venant nous taquiner sur le flan droit, jusqu'à nous faire basculer du vélo. 
Nous arrivons au Poste Cerrito, lieu de bivouac de tous les cyclos de passage à cet endroit et on comprend bien pourquoi !!
Lorsque la pampa est battue par des vents violents, que la route est une longue désertitude... quel meilleur refuge que de trouver au bout  du néant, une bâtisse en construction avec des murs de béton pour pouvoir poser la tente à l'abri de ce vent assourdissant !!
Seul hic... le gardien du chantier... sexagénaire plutôt grincheux !!! si, si... un vrai gardien dans sa petite maison bien chauffée !! Il nous voit arriver derrière sa fenêtre, son regard sévère en dit long ... nos 2 amis suisses installés depuis peu, nous avertissent de sa sympathie (!!), et nous conseillent d'aller le voir avant de prendre la moindre initiative, ce que nous faisons sans tarder. 
Il nous explique que nous sommes dans une propriété privée, dont il est le responsable, mais qu'il tolère le camping à condition de ne pas faire de feu (le chantier est parsemé de cuves de gaz !! gloups !!). 
On s'exécute, trop contentes de pouvoir nous habriter du vent.

Notre bivouac dans un garage...

Nous retournons le voir dans la soirée pour faire le plein d'eau... 
Atablé avec 2 autres argentins, il finira par se dérider, en nous proposant même son lit, si la nuit est trop fraîche !! "Euuuuh.... c'est vraiment très gentil, M'sieur....mais on a de bons duvets, ne vous inquiétez pas !!!"
Il y a des personnages qui vous marquent...il en fera parti ...bon vieux bougre mais pas méchant !! 

Après une nuit géniale, malgré un décor atypique, nous prenons la route tôt, pour profiter de la moindre accalmie de vent. A savoir que depuis El calafate jusqu'à Ushuaïa, le vent se fait de plus en plus présent et violent.
Difficile de l'anticiper...il peut arriver à toute heure du jour comme de la nuit...


La seule chose dont on soit sûre, c'est qu'il souffle toujours d'Ouest en Est, alors on connait à peu près nos difficultés d'avance, suivant le vent !! La route asphaltée de la veille s'est terminée ici, au Poste Cerrito... nous retrouverons la piste jusqu'à Pto Natales...plutôt bonne et plate pour la ruta 40.


La matinée se déroule merveilleusement bien, dans un paysage un peu plus verdoyant, grâce au rio qui serpente sur ces plateaux arides et qui alimente une microfaune, d'où les qq estancias installées tous les 50 kms et les élevages de chevaux, vaches, moutons...

Pfff...pas moyen d'être tranquille !!

La vie de ces animaux semble bien paisible... seuls les qq 4*4 touristiques, les 2 à 3 bus de la journée et les plouks à vélo (lol) attirent un peu leur attention !! 

Aucun vent pour commencer cette belle journée, mais à midi, il se lève brutalement et c'est alors vent de fa

ce que nous finirons la journée à 7 kms/h de moyenne, et... devinez, où nous poserons le bivouac cette fois ???


Hi hi hi...station service et poste de Police posés là, au milieu de la pampa... quoi de mieux que le hangar des flics, isolé de tolle et de mousse pour planter la tente (après autorisation bien sûr !!).

Viva Policia Argentina !!!

Alors... une question ??? mais que fait un poste de Police au milieu de nul part ??? Eh ben, ils gèrent les accidents de la route !! si, si... vitesse + rafales de vent sur des pistes glissantes, eh ben, ca fait mal... et le 1er hopitâl est à 300 kms de là...pas en hélico, non, non... en ambulance !!
Donc... si vous roulez un jour sur les pistes de Patagonie à force 10, soyez prudents !!! ;-)

Il pleut et vente toute la nuit...nos amis cyclos suisses ont bivouaqué dans un champ humide en face de nous... nous apprendrons plus tard qu'ils sont partis à 11h du mat. après séchage du matos ...
Quant aux Velandeuses... tilalilalaaaaa... 5h du mat., bien dormi, pas senti le vent, encore moins la pluie.... on décolle super tôt, vent zéro, et avec une lumière et un ciel fantastiques !!!
La ruta 40 peut être très belle aux 1ères lueurs du jour, lorsque le ciel s'illumine de 1000 feux, que les nuages cotonneux dessinent des formes extravagantes.

Un ciel toujours étonnant...

Nous longeons de nombreuses lagunes aux couleurs laiteuses, où niche bon nombre de colonies d'oiseaux sauvages, du flamant rose aux rapaces, échassiers, canards... 
Le vent se lève rapidement à 8h du matin... nous évoluerons lentement durant cette journée, essuyant qq pluies, mais on avance à notre rythme et ce, jusqu'au village de Cerro Castillo, aux portes du Torres del Paine.
Nous sommes au Chili ! 


L'office de tourisme nous indique le seul hôtel du village... pas cher paraît t'il (10 euros la nuit) !!
Youhouuuu, ce soir, on dort dans des draps !! 
Nous arrivons devant une bâtisse aux allures de grosse maison bourgeoise, avec parc et jardins fleuris !! On s'étonne du prix, alors ni une, ni deux, on passe la porte, pour s'assurer des tarifs de la chambre... 7500 pesos argentins (soit 10 euros) la chambre de 2 lits et ohhhh surprise !!! ....
Y'a même les baños privados (salle de bain) !! Géniaaaaaaal !!!
Les Velandeuses n'ont jamais connu ce luxe pendant 3 mois de voyage et surtout, oui, surtout... à ce prix là !!!! Comme il est 14h lorsque nous prenons place dans la chambre, fatiguées et transpirantes de cette journée de pédalage vent de face, on s'étale (et croyez-moi... une Velandeuse qui s'étale, ça fait peeeeur !!!) : on se douche tête au pied à l'eau bouillante qui condense les vitres, on lave notre linge qu'on fait sécher un peu partout dans la pièce (c'est le gros bord...), on se vautre sur les lits pour la ch'tite sieste bien méritée...bref, ON PROOOFITE !!!

Superbe chambre, tip top pour nos Vél'andeuses...

Fin d'après-midi, je pars boire un café dans le village et croise nos amis cyclos suisses, qui arrivent juste, exténués de cette journée.
 Je leur indique notre super hôtel pas cher, toute contente de pouvoir leur signaler une super adresse... ici... aux portes du Torres del Paine, l'un des parcs les plus prisé de Patagonie, donc aussi le plus touristique !!
Nous nous quittons pour nous retrouver 1h plus tard à l'hôtel, où je découvre avec stupéfaction qu'ils ont planté leur tente dans le jardin de l'hôtel !! 
Tiens ??? Je vais à leur rencontre... Oliver m'apprend que la chambre est trop chère pour eux, 70 000 pesos (presque 100 euros) et que pour 10 fois moins cher, on leur a proposé le jardin de l'hôtel, avec douche chaude et coin barbecue pour cuisiner !!
Hein ??????????????????????????????????
Anaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaa !!!!!!!!!!!??????????....  Arghhhh, glooooups, buuuuuurks .....
Je file retrouver ma velandeuse et prises de panique (mais surtout de fou-rires), on se précipite à l'accueil !! Le charmant garçon de l'hôtel regarde les tarifs et confirme notre chambre à 100 euros !! ...
Euuuuuh.... mais c'est qu'on n'a pas les sous, noouuuuuuus !!
On lui explique qu'on arrive d'Argentine en vélo, et qu'on n'a pas autant de sous chiliens en poche (c'est pas vrai, mais on feinte !!)... Le prix est moins cher si on paie en dollars, car ils n'ont pas de taxe, mais c'est vite vu, on n'a pas de dollars non plus !!
 On lui demande d'appeler la responsable. Elle débarque au bout de 10 minutes, tout sourire, mais pas conciliante du tout au 1er abord !! 
On discute un long moment, pour trouver une alternative, et après 1000 excuses pour cet énorme quiproquo, elle finit par nous laisser la chambre à moitié prix, ne pouvant nous déloger, puisque de toute façon, nous avons "consommé" pendant 4h et c'est vrai, qu'on s'est lâché : lessive, douche, sieste !!


Elle nous explique qu'elle n'est pas propriétaire, mais chef d'équipe, et qu'elle prend sur sa responsabilité pour nous faire ce cadeau (le ptt dej. restant inclu... trop fort !!), alors elle nous remercie pour notre discrétion !! 
On s'en sort bien, une fois de plus !! 1000 mercis à cette personne, qui a vraiment été adorable !!  

Mines réjouïes du matin...après une bonne nuit !! Hi hi hi   

Nous prenons la route du parc Torres del Paine. 
Ce parc doit son nom aux 3 sommets qui le dominent, les "Torres" (tours), montagnes aux formes élancées, culminant à près de 3000m d'altitude.
Elles font parties d'une vaste chaine de montagnes, formée il y a environ 12 millions d'années, à laquelle appartiennent aussi les 3 "cuernos del Paine" (cornes du Paine).
La formation de ces montagnes fut accompagnée de l'apparition de nombreux lacs et glaciers. Ce parc est mondialement connu et visité par près de 80 000 trekkeurs/an, pour la diversité de ses paysages, entre steppes, forêts, montagnes, lacs, cascades, glaciers (dont le magnifique glacier Grey, très prisé des alpinistes).


Le parc Torres del Paine est un bon reflet de la Patagonie, par son isolement, mais aussi son hostilité, dûe aux rafales de vent, tempêtes et nuits glaciales.

C'est aussi ce qui en fait son charme et son mystère !! Pour celui qui veut se mesurer aux éléments... Bienvenue au Torres del Paine !! :-)

Au Parc  Torres del Paine...

Nous empreintons la route qui longe le parc, et ce pendant 3 magnifiques jours, chanceuses que nous sommes, puisque les 2 jours précédents ont été catastrophiques pour les trekkeurs, venus admirer la magnificence de ces montagnes, dont ils n'auront essuyé que pluie, vent et brouillard !!
Depuis Cerro Castillo, nous profitons des paysages colorés face aux pics enneigés qui grossissent au fil des kms avalés. Peu de vent pour cette 1ère journée, c'est le top !!


Nous assistons à notre 1ère crevaison (pneu avant de Gaby), mais par chance, le pneu est à plat lorsque nous nous apprêtons à repartir de notre abri de bus, où nous avons casse-crouté... le vent se lève juste !!  1ère séance de bricolage sur Gaby depuis 3 mois, c'est le moindre mal !! 
15 minutes top chrono...pas mal les fillasses !!

Ana !!! Fais pas la gueule !!

Nous voilà reparties pour qq kms encore avant de trouver un superbe bivouac au bord du Lago Sarmiento, à 3 kms exactement avant le poste de contrôle  du Parc. Logée entre 2 collines, parcourues par quelques guanacos sauvages (ces animaux à 4 pattes, ressemblant aux lamas des hauts plateaux andins), notre tente sera bien abritée du vent !!

Nous décollons le lendemain à 6h du mat. et passons l'entrée du parc (guichet fermé...quel dommage !! lol) à l'aube. Route superbe, lever de soleil devant une nature en éveil ... lièvres, renard, oiseaux... Journée belle, mais courte... le vent se lève rapidement, nous l'avons de face...

Lever du jour paisible...

Impossible d'avancer devant la force des rafales, que l'on anticipe en voyant terre et sable se soulever du sol et nous arriver dessus comme des minis tornades.
La technique du cyclo... s'arrêter, se recroqueviller tel un escargot et attendre que ça passe !! Ca marche plutôt bien, mais on n'avance pas vite !! 

Bloquée par le vent

On lâche au bout de 26 kms et 6h de vélo, au camping Pehoé, du nom du lac bleu émeraude, qu'il borde. Les lieux sont magiques : ce lago alimenté par les glaciers (d'où sa couleur), est dominé par les Cuernos del Paine... La vue est saisissante !!

Le Lago Pehoé face aux Cuernos...



Nous garderons ces paysages durant de nombreux kms encore, le lendemain, sur la route qui nous mène à Pto Natales, longeant pendant 100kms rio et lago, s'arrêtant aux différents miradors, à chaque sortie de col, pour admirer les Cuernos ou le glacier Grey, que nous quittons petit à petit jusqu'à  une plaine aride et le port de Pto Natales, petite ville aux maisons de bois colorées.

Déjà, nous sommes attirées par les petits restos aux ambiances de chalet de montagne, par la mousse au chocolat au toblerone et le sandwich camembert/avocat, recommandés par tous les guides touristiques !!!
Mmmmmmmmmm....je file, il est l'heure de manger !!!!!     

Bisous à tous et Hasta Luego.
Prochaine étape : Punta Arenas, à 250 kms de là (1 village sur la route), mais vent de dos à priori, donc news dans 1 semaine, parce qu'on reste ici 2 jours au moins (le temps de faire le tour des spécialités locales !!!). Hi hi hi

Sandrine        

Publié dans Janvier

Commenter cet article

julien 24/01/2009 14:54

tu va pouvoir te reposer de ton aventure !
j'espere que j'aurais le droit de voir tes photo a saint genis!!!
sinon oui lecole dinfirmier ca se passe bien,ca me plait beaucoup mais il y a aussi beaucoup de travail..
a bientot
bisouu

julien Frambourg 20/01/2009 19:12

salut anna !!!
Benjamin m'avais parlé de ton site en me disant que tu y écrivais souvent et laissait des photos.
c'est incroyable!!Le paysage est a couper le souffle,tu dois vraiment te faire plaisir (suaf quand tu crève!!) (^_^)
En tout cas chapeau pour le courage et amuse toi bien
a bientot

Les Vél' Andeuses 24/01/2009 01:17


Coucou Juju !
merci c'est cool que tu nous suives, helas, c'est fini depuis.. 2 jours nous sommes à ushuaia !
J'espère que ca va bien l'ecole d 'infirmier ! a bientot a SGL !
gros bisosu!
ana


jeannine ligonnet 14/01/2009 23:49

bravo à vous 2, pour moi novice d'informatique, je suis votre parcours... et toute ma sympathie accompagne votre talent d'aventurières à vélo...janou

Les Vél' Andeuses 20/01/2009 00:17


Merci Madame Ligonnet, très touchée d'avoir un message de votre part sur le blog !! J'espère que tout va bien à Condrieu et que la santé reste bonne. Au plaisir de vous saluer, dès mon retour. Je
vous embrasse tous les 2. Sandrine


nanou 13/01/2009 22:21

Coucou!!apparemment une vélandeuse ça ne pédale pas, mais ça plaaaaaaaane!!!!!!morte de rire avec vos histoires d'hotel qui fait tout de même chicos d'après les photos!!!!!vous vous en sortez bienhihihi!!!et le foie ? il tient le coup avec le chocolat???en tout cas prenez bien des forces pour la suite,ç'est toujours un super plaisir de vous suivre (à distance) . gros bisous de la tata de haute savoie.

Pierre 13/01/2009 14:33

Me suis tromper de chapitre, une bonne année en décembre c'est un peu tot ou un peu tard. Alors Bonne et Heureuse Année. Pierre de la Boulonniére.
(Attention au 4x4) Y'en a qui roule trés vite en ce moment dans votre coin.

Les Vél' Andeuses 20/01/2009 00:24



Coucou Pierre !! Nous, on les a pas croisé les vilains 4*4 qui roulent vite !! ;-))) Oufffff... car une velandeuse, ca roule aussi parfois au milieu de la route (surtout avec le vent de
Patagonie), alors vaut mieux pas croiser le dakar !! lol
Gros bisous de la terre de feu !! Les fous de 4*4, ici, en amérique du sud, vous seriez comme des dingues !! sand